Veille technologique

Le Cloud Computing

Impossible d’y échapper, le mot Cloud fait parti intégrante du langage informatique mais aussi de plus en plus du langage courant. C’est pourquoi j’ai décidé de veiller sur ce sujet.

cloud-computing

Petit rappel :

Le Cloud Computing, littéralement informatique dans les nuages, désigne l’utilisation de serveurs distants pour traiter ou stocker l’information. L’accès se fait le plus souvent à l’aide d’un navigateur Web. Le Cloud Computing est donc gérée par une tierce partie dans ce qu’on appelle des Data Centers. Le fournisseur assure donc la continuité du service et la maintenance.

  • Le Cloud public est une structure souple et ouverte, gérée par un fournisseur tiers. Plusieurs utilisateurs peuvent y accéder via Internet.
  • Le Cloud privé est exploité par une seule entreprise et déployé en son sein. Si le Cloud est hébergé par un prestataire, il ne sera accessible que via des réseaux sécurisés (VPN) aux utilisateurs qui y auront accès. Le Cloud privé convient jusque-là aux grandes entreprises ou à celles dont les besoins en matière de criticité et sécurité des données sont importants.
  • Le Cloud hybride est une structure mixte qui permet de combiner les ressources internes du Cloud privé à celles externes du Cloud public. Dans ce cas de figure, l’entreprise fait appel à plusieurs Cloud différents certains publics et certains privés. Tous demeurent des entités indépendantes les unes des autres.

Il existe différent types d’offres, on en distingue trois formes :

  • IaaS (infrastructure as a service): « L’infrastructure comme un service » ou IaaS, permet de disposer d’une infrastructure à la demande, pouvant héberger et exécuter des applications, des services ou encore stocker des données.
  • PaaS (platform as a service): « La plate-forme comme un service » est la plate-forme d’exécution, de déploiement et de développement des applications. Le PaaS met à disposition des environnements prêts à l’emploi, fonctionnels et performants.
  • SaaS (software as a service): La dernière couche du SaaS est celle applicative mettant à disposition des applications complètes fournies à la demande. Il n’y a aucun prérequis sur le poste client si ce n’est d’avoir un accès réseau au Cloud. Le déploiement, la maintenance, la supervision du bon fonctionnement de l’application et la sauvegarde des données, sont de la responsabilité du fournisseur de services.

//www.pearltrees.com/llebay/veille-technologique-computing/id19402347?embed=2&d=20171217217Veille Technologique Cloud Computing, par llebay
Synthèse :

Le Cloud Computing est un marché en constante croissance, le recours à cette méthode de stockage s’intensifie, en effet près de la moitié des entreprises françaises utilisent le Cloud Public. Au 17/09, 23% des moyennes et grandes sociétés françaises déploient des containers, pour l’instant ces containers restent pour un environnement de test. 11/06 Le cloud français Platform.sh lève 28 millions d’euros, preuve de la croissance de ce secteur.On remarque que plusieurs innovations se font en alliant le Cloud Computing, en effet PSA et Huawei s’accorde le 15/11 pour la fabrication d’une voiture connectée, celle-ci utilisera la plateforme CVMP qui exploite notamment le Cloud Computing. Mais aussi, Shadow, un ordinateur totalement sur le Cloud. Moins cher et pouvant être connecté partout.

On remarque malheureusement que le problème récurrent du Cloud Computing reste la sécurité des données, mais aussi les problèmes liés aux dysfonctionnement. 9/11, OVH souffre d’une coupure de courant, ce qui met dans la difficulté bon nombre d’entreprises. C’est dans ce courant que plusieurs sociétés se renforcent ou même émergent afin de contrer certaines menaces informatiques. 7/09, Gemalto lance SafeNet Data Protection On Demand, une plateforme de services cloud qui permet aux entreprises de protéger leurs données plus efficacement. De l’autre côté du globe, quelques semaine après, AWS créée une région secrète pour les données gouvernementales. Avec l’entrée en vigueur, en mai prochain, du Règlement général européen sur la protection des données (RGPD), les entreprises sont désormais co-responsables en cas de cyberattaque.

D’un autre côté, plusieurs stratégies se mettent en place toujours dans l’optique de mieux sécuriser les données, tels que le Multi-Cloud, cela permet d’adapter chaque offre Cloud à chaque besoin (Plus cher, un peu complex), 06/12, Nutix passe de l’hyper-convergence au Multi-Cloud. On constate aussi la croissance du Edge Computing, très proche du Cloud computing, mais avec un traitement des données décentralisé très proche des technologies qui l’utilisent. SD-Wan semble être un must pour les entreprises utilisant la technologie Cloud Computing et possédant un réseau complexe, les consignes de routages etc.. sont centralisées puis distribuées automatiquement

Les avantages et inconvénients du cloud computing :

Avantages :

  • Coût

Le cloud computing élimine la nécessité d’investir dans du matériel et des logiciels et de configurer et de gérer des centres de données sur site.

  • Vitesse

La plupart des services de cloud computing sont fournis en libre-service et à la demande. D’énormes ressources de calcul peuvent donc être mises en œuvre en quelques minutes et en quelques clics, offrant ainsi aux entreprises un haut niveau de flexibilité et les dégageant de la pression liée à la planification de la capacité.

  • Mise à l’échelle mondiale

La mise à l’échelle élastique est un des avantages des services de cloud computing. En termes de cloud, cela veut dire qu’il est possible de mettre en œuvre la quantité nécessaire de ressources informatiques, par exemple plus ou moins de puissance de calcul, de stockage ou de bande passante, au moment où elles sont nécessaires, là où elles sont nécessaires.

  • Productivité

Les centres de données sur site nécessitent en général la manipulation de matériel, la mise à jour des logiciels et autres corvées informatiques qui prenne beaucoup de temps. Le cloud computing supprime la plupart de ces tâches et les équipes informatiques peuvent donc passer plus de temps à travailler à la concrétisation des objectifs de l’entreprise.

  • Performances

Les plus grands services de cloud computing s’exécutent sur un réseau de centres de données sécurisés, dont le matériel est régulièrement mis à niveau pour assurer des performances rapides et efficaces. Ceci offre plusieurs avantages par rapport à un centre de données classique, y compris un temps de latence réseau réduit pour les applications et de plus grandes économies d’échelle.

  • Fiabilité

Le cloud computing simplifie la sauvegarde des données, la récupération d’urgence et la continuité des activités et rend ces activités moins coûteuses, car les données peuvent être mises en miroir sur plusieurs sites redondants sur le réseau du fournisseur.

 

Inconvénients :

  • Le cadre légal

Les données transférées dans le cloud ne sont pas forcément présentes sur le territoire national : elles peuvent l’être, comme elles peuvent être dans un autre pays européen. Par conséquent, sauf mention contraire du prestataire de service, on ne sait pas précisément à quel endroit sont stockées les données. De plus, on a aucun accès physique à ces données.

  • Le coût du cloud

Beaucoup d’entreprises ne regardent que les frais de stockage, mais il faut également prendre en compte les frais de transferts, qui peuvent s’avérer être importants, selon l’utilisation que l’entreprise faite du cloud.

  • La sécurité du cloud

Plusieurs points sont à étudier :

  1.  La sécurité vis-à-vis du stockage : si les données sont conservées dans un seul disque, ou si elles sont entre plusieurs unités de stockage.
  2.  La sécurité et la confidentialité des données : si le fournisseur de service assure des tests portant sur sa sécurité informatique et si de tes tests sont faits de façon régulières.
  3.  La sécurité des locaux : les datas center sont-ils inaccessibles pour des personnes malintentionnées ?
  • La connexion

Si l’utilisateur n’a pas de connexion internet, ou une connexion insuffisante, il ne pourra accéder à sa plateforme de travail. Certaines applications peuvent s’avérer être plus limitées que des applications fonctionnant sur les propres ordinateurs de l’entreprise.

  • Le piratage

Le piratage d’un compte d’entreprise pourrait avoir des conséquences néfastes pour la réputation de l’entreprise, tandis que l’utilisation imprudente des applications par un salarié pourrait offrir aux cybercriminels l’opportunité d’entrer dans le réseau et de soustraire des données des clients.

              

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s